ECOL’EAU

Ecol'eau chaudeweb

Share Button

LES BACTERIES SONT NOS AMIES

Image

Share Button

Vitta quotidiana

Il en est de vous qui jouez les curieux… à quoi ressemble votre chez vous ? Comment vous cuisinez ? Ou est-ce que vous dormez ? … Alors que je comprends bien votre véritable interrogation : Est-ce qu’ils se douchent ? 😉

Alors, par cet article terre à terre et pratico-pratique vous allez tout savoir.

Léon, notre van est une merveille sur roues, un peu moins gâté par la nature depuis que j’ai essayé de traiter ses piquasses de rouille… Il est courageux, brave, vif du haut de ses 340 000 kilomètres (seulement et déjà dix milles sont de notre fait). Il est ce dont on a le plus besoin : un abris. Peu importe ou nous atterrissons, quand nous nous réfugions dans son ventre nous sommes chez nous. Un appartement un peu trop petit pour recevoir du monde mais douillet comme un 5 étoiles. Il a une chambre (un matelas), un dressing (placard) qui sert aussi de garde-manger pour le petit dej’, trois tables, dont une qui fait aussi bien extérieur qu’intérieur, un coin salon (ou un seul de nous deux peut s’asseoir), une cuisine (un réchaud et des placards sous le lit) et une salle de bain (une douche sous le matelas et une trousse de toilette). Léon est élégant, beau comme un camion.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le matin commence toujours de la même façon, je me réveille, je le réveille. Il est relativement tôt. Quand nous n’avons pas le droit de dormir ou nous passons la nuit, nous mettons un réveil pour nous éclipser à l’aube. Sinon, nous émergeons vers 7h/7h30. La petite merveille du matin est un café avec ses tartines miel/raisins secs. Vous voulez des céréales ? Nous avons. Le lait, comme évidemment nous n’avons pas de frigo, est en poudre. Ca a marché pendant la guerre pourquoi pas pour nous. Il est très bon. Et ça évite de secouer mon lait parce qu’il a caillé…

Quand nous nous réveillons nous pouvons avoir une vue sur une décharge aussi bien que sur la mer, sur des fôrets à perte de vue ou sur des voitures… Le panorama est changeant. Autant vous dire que nous ne déjeunons pas forcement là ou nous dormons !

Les courses ne sont pas vraiment pleines de surprises. Pain de mie, boite de mais, de betteraves, de lentilles, de champignons et énormément de thon. Evidemment beaucoup de pâtes et de bacon. Et le paquet de cookies pour que j’ai ma dose de sucre …

L’eau courante est une bonbonne de 15litres, nous en avons deux, que nous remplissons d’eau potable (encore heureux) aux stations essences. Quand il n’y a pas de robinet, nous nous en servons pour la vaisselle, les dents, le visage et parfois les douches complètes.

L’électricité nous est fourni par le panneau solaire du toit de Léon. Merci Léon. Il recharge une batterie qui est à l’arrière. Evidemment, quand le soleil se fait désirer…nous jeûnons en matière d’énergie. Mais c’est extrêmement rare. Beaucoup de backpacker ont des difficultés pour recharger ordinateur, portable, appareil photo… Et ça nous fait rire car nous sommes viles.

Les commodités (c’est joliment dit) sont assez simples à trouver en Australie. Presque toutes les aires de repos en sont pourvues, et il y en a aussi dans toutes les villes et tous les villages. Elles sont gratuites. Mêmes dans les endroits reculés et les parcs nationaux, à ce détail près qu’ils sont écologiques, c’est-à-dire secs. Les petites demoiselles fragiles s’alarmeront à leurs copines, en arrivant sur une air de repos « J’ai une mauvaise nouvelle, ce sont des toilettes sèches ! ». Et moi de penser « Eh ben ma jolie, tu pourrais déjà t’estimer heureuse. » Quand il y en a pas et que vous êtes seuls, les turcs ont inventé un truc assez efficace. Quand il y a du monde, c’est moins évident…

Les douches … Vaste question. C’est un des plus grand soucis des backpackers… J’entends encore une demoiselle (encore une, désolée) dire à sa ceûpine :« Bon là ca fait dix jours, j’ai vraiment besoin d’une douche. » Je me pose des questions : « Une douche c’est quoi si on enlève le superflu, c’est à dire la température et les murs : de l’eau et du savon. ». Une bouteille d’eau suffit pour les moments critiques. Une douche solaire est parfaite quand on est un peu snob. Nous le sommes. Pour le moment nous ne l’avons jamais fait chauffer (trois heures au soleil). L’eau froide dynamise le corps, c’est ce qu’il faut se dire, et demande moins d’organisation… 😉

Parfois sur ta route, il y a des douches gratuites, mais c’est rare. Elles apparaissent comme une bénédiction auréolée de lumière étincelante. Comme ce soir, après une pluie des plus froides, Greg a déniché une douche CHAUDE ! Je crois avoir versé ma larme. Pour éviter que les gens ne campent dessous, ce qui aurait été évidemment notre cas, ils ont mis en place un système assez intelligent : deux minutes d’eau chaude, trente secondes d’arrêt. Nous sommes heureux sans abuser de ce nectar.

Je vous entends déjà..Mais ou prenez vous donc votre douche quand il n’y en a pas de publique ? On fait comme on peut. Je revois encore un ami se douchant à la casserole au milieu d’un parc, nu comme un asticot : Extra ! Pour notre part, un endroit en plein air nous convient, et sous la pluie aussi, derrière le van, la porte ouverte, une serviette sur la porte … la plupart du temps ça fait l’affaire. C’est tellement bon de se sentir frais… Nous n’allons pas nous passer de ce bonheur pour quelques désagréments secondaires.

Ménage. Comme c’est moi qui met le plus le « bronx » dans le van, c’est moi qui le fait le plus souvent. Mais comme on a pas 150metres carrés, ce n’est pas très difficile. Le plus long c’est le rangement. Apres un coup de balayette, « secouage » des draps (c’est fou ce qu’on peut rapporter de la plage !) et parfois petit coup d’éponge au sol. Et la petite touche qui fait tout : des huiles essentielles un peu partout et le miracle se fait.

Rangement Comme il est « un peu » maniaque, c’est lui qui joue à Tetris sous le lit, c’est-à-dire, dans notre cuisine équipée, car on y range, tout le (son) matériel de pêche, les deux body boards, une guitare, nos deux gros sacs à dos etc…. Tout le rangement du reste du van est pour moi pour la même raison que la rubrique « ménage ».

Pour trouver ou dormir nous avons un gros bouquin avec les routes australiennes et qui répertorie les aires de repos. Toutes ne sont pas indiquées, et d’autres ne sont vraiment pas simple à trouver mais il dépanne vraiment bien. Quand il n’y en a pas, on trouve un coin tranquille, on se glisse à l’arrière (la chambre de 20 m2) et on ne se pose pas de question.

Après …le quotidien de nos journées n’existe pas, les articles sont là pour que vous nous suiviez dans notre inhabituel.

Une vie simple avec l’indispensable et un soupçon de superflu.

Image

Ps : Le livre de chevet de Greg est Robinson Crusoé. Et il regrette depuis le début de l’histoire de ne pas avoir accosté, comme lui, avec une cargaison de rhum…

Share Button