Port Resolution

Nous déjeunons ensemble.
Il s’appelle Daniel. Elle s’appelle Vicky. Je ne suis pas forcément pour un partage d’aventure à quatre. Etre adopté par les locaux à deux, ça passe, mais à quatre on n’est pas loin du groupe en excursion.
Nous acceptons tout de même et partageons le transport jusqu’à l’autre bout de l’île. Port Résolution.
On va prendre le temps de s’en remettre un peu.

voiture

pointe

fleuve
Nous plantons notre tente dans un camping officiel. On fait attention de ne pas se mettre sous les cocotiers. Ça serait dommage que notre voyage de vie se termine aussi subtilement qu’un remake exotique de Newton avec un traumatisme crânien.
Pomme versus noix de coco.
La plage, les fonds marins, nous prenons notre temps. Vicky est un petit bout de femme très enthousiaste qui ne se pose aucune question de bienséance. La peur de choquer, de décevoir, d’énerver, la peur du regard des autres tout simplement est quelque chose qui lui est juste totalement inconnu. C’est assez impressionnant à vivre. Elle se jette sur les pécheurs au petit matin pour acheter un homard.
« – Mais …C’est pour ma famille. »
« – Et bien demain alors ? »
Et elle partage avec nous sa grande joie d’un homard fraîchement péché.

homard

10393840_10152214974544010_4066102660381128127_n

vernis
Elle propose aux enfants de l’île de leur peindre les ongles en bleu. Moi j’aurais pensé qu’il n’y avait pas de dissolvant pour l’enlever et que c’était assez toxique si les gosses le mangeaient… Mais peu importe la vie c’est le présent. Elle mord dedans à belles dents et le saupoudre de beaucoup, BEAUCOUP de photos et de réseaux sociaux. Chinoiseries obligent.
Nous rencontrons Marie Angèle, une Parisienne qui voyage souvent seule mais surtout sans arrêt. Un retour en France, un voyage, un retour en France, un voyage. Cette fille est une bouffée d’air frais, de simplicité et de curiosité.

quatre

 

repas

diner
Nous rencontrons les familles des villages alentours, nous partageons avec eux un repas caritatif pour envoyer leur équipe de foot junior à Port Villa.
Nous rencontrons aussi un couple d’Australiens et leur gosse. Ils font un film sur Yakel, un village de Tanna. Cela fait quelques semaines déjà qu’ils ont commencé leur tournage. Leur petit Blanc a abandonné ses vêtements, il ne veut plus les mettre et préfère courir à demi nu dans la salle commune. C’est comme cela que sont habillés les autres enfants de Yakel.
Nous ne savons pas que sur la plage où nous aimons regarder sous l’eau, les deux ni-vans que nous croisons sont les héros du film qui sera célébré à Venise.

eux
A ce moment du voyage…ma mémoire défaille…Je ne fais quasiment plus de photo. Vicky en fait déjà tellement. Mais j’aurais dû penser, que bien sûr, chaque photo est un regard et le sien n’était pas le mien. Ma mémoire tricote. Je me souviens me sentir étrangère à ce moment. Je m’éloigne du groupe. J’ai l’impression que le voyage se met entre parenthèse. Greg est heureux de retrouver son statut de guide de voyage pour couple émerveillé. Notre plongée perd de la profondeur. Mais peut-être est-ce simplement parce que depuis trois nuits, nous sommes sédentaires dans un camping avec douche, tout ce qu’il y a de plus classique.
Time to leave.
Mais heureusement, la foi reviendra vite, tant le trésor que referme cette île est grand. Nous partons sur les cendres du volcan Yassur.

banc

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de m aider à lutter contre les faux commentaires ! *